Fédération de l'Ardèche

Fédération de l'Ardèche
Accueil
 

L'agenda fédéral



 
 
 

Créer, c'est résister. Alors créons ! - Voeux du PCF 07 pour 2015

François Jacquart, secrétaire départemental du PCF Ardèche s’est rendu à Saint Julien en Saint Alban Vendredi 23 Janvier, afin de présenter ses vœux aux adhérents et sympathisants du département.

Mesdames, Messieurs Chers amis et camarades,

Je vous remercie d’être aussi nombreux ce soir dans cette salle de la mairie de St julien en St alban en présence de son maire et d’adjoints. Merci aux amis des autres forces politiques, associatives et syndicales de votre présence.

je voudrais comme il se doit, à cette occasion, vous présenter, au nom de la direction fédérale nos meilleurs vœux, à vous et à vos proches.

La santé, la paix, la justice sociale et un monde meilleur.

J’aurais aimé pouvoir vous faire un discours léger et plein d’humour, mais les événements de cette dernière période sont graves et demandent toute notre attention.

Tout d’abord je voudrais rendre hommage aux victimes de cette attaque barbare, qui a décimé la rédaction de Charlie Hebdo. Charb, Tignous, Wolinski étaient des nôtres, vieux compagnons de l’Huma et de sa fête.

J’avais accompagné Charb 3 années de suite à la fête de l’Huma et nous avions pu échanger.

Il rêvait comme nous, progressistes, d’un monde différent où rien d’autre que le bien être du plus grand nombre serait la préoccupation première avec tolérance,respect et liberté.

Charlie Hebdo était un journal d’opinion comme il n’en existe nul par ailleurs. Il est aujourd’hui encore vivant. Il faudra que cela dure. Il faudra que la presse d’opinion dure.

Hommage également à toutes les autres victimes de la folie meurtrière des trois extrémistes, qu’ils soient agent d’entretien, policier où simple citoyen, au mauvais endroit, au mauvais moment.

Et enfin hommage à celles et ceux tomber parce que juifs.

Ces événements ont profondément choqué le pays tout entier, et le soir même du 7 janvier, dans toutes les grandes villes de France, les gens se sont rassemblés pour dire leur stupeur, leur émotion, et leur soutien à la liberté d’expression.

Ce fut le cas en Ardèche également.

Puis, samedi et surtout dimanche ont eu lieu les grandes marche citoyenne, les plus grands Rassemblements depuis la Libération. 1,5 à 2 millions à Paris, 300’000 à Lyon et plus de 30 000 en Ardèche .

Mais, après ses moments d’hommage, il convient que l’émotion fasse place à la réflexion.

Plus de 4 millions de « Charlie » en France. C’est impressionnant, mais ça veut dire quoi ? Une fois la marche passée, on fait quoi ?

Je crois qu’il nous faut prendre le temps d’analyser –à froid- la signification de ses grands rassemblements.

On nous a parlé bien sûr d’un mouvement spontané, la France Debout, l’union national, les citoyens en marche.

Alors certes, les citoyens sont venus très massivement, et on a tous ressenti qu’il s’exprimait dans la population un immense besoin de se rassembler, de faire quelque chose – réaction saine et salutaire s’il en est.

Mais n’oublions pas que c’est à l’initiative des Partis de « gauche », réunis à l’Assemblée Nationale, et de l’intersyndicale qu’est sorti le 1er appel.

Le gouvernement –y voyant sans doute une bouée de sauvetage- s’en est rapidement saisi, transformant insidieusement l’appel à la mobilisation pour défendre les valeurs universelles de la République, en un appel à l’union nationale.

Ici, en Ardèche, dans bien des cas , c’est à l’initiative conjointe du PCF et du PS , des forces de gauche que les rassemblements du 1er soir ont eu lieu, ou bien de la CGT comme à Annonay.

En effet , il ne faudrait pas oublier le contexte dans lequel les événements tragiques du 7 janvier ont eu lieu.

L’ambiance depuis quelques mois est particulièrement nauséabonde tant un racisme ordinaire se répand et se banalise.

Au-delà des résultats du FN aux municipales et aux européennes, se sont milles actes et faits, tous plus odieux les que les autres, qui scandaient notre quotidien.

Du refus d’enterrer un bébé Rom au naufrage en masse de bateaux de migrants en méditerranée dans l’indifférence total, en passant par l’hypermédiatisation des pontes du FN et leurs alliés naturels, les Zemmour et autre Houellebecq, l’ambiance n’était pas franchement joyeuse.

Dans ces conditions, la réponse massive des français à l’attaque contre Charlie Hebdo est une bonne nouvelle.

Elle tend à démontrer l’attachement des français aux valeurs fondamentales de la République, et à la Liberté d’expression en particulier.

Mais il nous faut regarder de plus près la composition du cortège. Force est de constater que les cortèges étaient sommes toute assez homogène : c’est avant tout la France des couches moyennes qui a défilée.

Il y avait –toutes proportions gardées- peu de représentant du monde du travail et des quartiers populaires. Les français issus de l’immigration n’étaient pas légion.

Ces marche ont donc été massives, ont eu lieu partout dans le pays, mais leur sens ne sera donnée qu’à postériori. La question de la pérennisation de cette mobilisation reste posée. Et surtout, il nous reste la question : « et maintenant, on fait quoi ? »

Parce qu’il faut bien avoir à l’esprit que les trois criminels qui ont ensanglantés le pays sont des produits de notre société. Français, issu des banlieues populaires, ils étaient le produit des rapports de classe et de domination qui sont à l’oeuvre depuis plus de 30 ans –pour ne pas dire depuis l’avènement du capitalisme- en France.

Cette société capitaliste, de plus en plus libérale et individualisée, qui organise comme base du contrat social la concurrence de tous contre chacun, l’opposition systématique des hommes contre les femmes, de ceux qui ont un boulot contre ceux qui n’en ont pas, des français d’installation ancienne contre ceux issus des dernières vagues d’immigration.

C’est une société qui à comme colonne vertébrale une cascade de rapport de domination qui permet à une poignée de possédant de concentrer le fruit du travail du plus grand nombre.

Et dans la dernière période, on doit faire face, comme je l’ai déjà dit, à un racisme de plus en plus

assumé, de plus en plus étendu et à la tentation toujours plus grande du repli sur soi. Or, il ne faut pas être un génie pour comprendre qu’une société qui n’offre pas de perspectives d’épanouissements collectifs et individuels à sa jeunesse, qui la stigmatise pour ses origines, où sa religion, où sa classe sociale, et qui ne lui offre rien d’autre que l’affrontement, finissent par produire de la radicalisation.

Face à cela, on a bien eu le discours, lancinant, de l’Union Sacrée. C’est d’ailleurs la conclusion que le PS et le gouvernement a tiré des événements : selon eux, cette marrée humaine, demandait le rassemblement de tous les français dans cette grande union sacrée. Le slogan, « Je suis Charlie » ayant l’avantage de pouvoir tout dire, et donc, de ne pouvoir rien dire.

C’est pratique pour un gouvernement qui n’offre aucune perspective de progrès social, qui va tenter, dans l’émotion du moment, de nous faire passer la Loi Macron comme une lettre à la Poste.

J’en profite d’ailleurs pour vous rappeler le numéro spécial de l’Humanité contre la Loi Macron a été illustré par Charb

On a aussi, évidement, la réponse sécuritaire : Valls nous parle de « l’ennemi de l’intérieur », Sarkozy demande un « Patriot Act » à la française, les libéraux de droite et de gauche, en coeur, demande l’intensification de l’engagement militaire à l’étranger, en Afrique de l’Ouest et en Irak principalement.

On assiste à une espère de redite des grands délire sécuritaire et liberticide qu’ont connus les Etats-Unis suite aux attentats du 11 septembre.

Et, invariablement, on a la tentative de récupération du Front National, qui fidèle à lui-même, dans une espèce de réflexe atavique, n’a pas pu d’empêché de demander le rétablissement de la peine de mort. Plus grave sans doute, le FN, complaisamment invité par tous les média, martèle à longueur d’ondes : terrorisme=islamisme=immigration…

La partition que joue le FN est extrêmement dangereuse, porteuse en elle d’une charge de haine et de division de la société qui ne pourra que renforcer la stigmatisation des français issu de l’immigration. Et par réaction en chaîne, conduire à une radicalisation d’une fraction de notre jeunesse des quartiers populaires qui à force d’être rejeté se radicalise et se trouve attirer par l’action guerrière (que ce soit en partant combattre avec Daech où en commettant des attentats sur le sol national).

Les communistes, tous les progressistes ont donc un rôle important à jouer. Nous devons porter une autre vision de la société.

Nous disons qu’il faut plus de démocratie, de solidarité, de laïcité, de culture, d’égalité, de justice sociale. Ces grands mouvements citoyens, nous devons les amener vers un renforcement de la République sociale, de l’égalité sociale.

La première des insécurités, c’est celle du Chômage et des bas salaires. Mais c’est aussi le renforcement des Services Publics.

Les Services Publics sont le ciment de la République, en ce qu’elle crée le lien social, indispensable à la vie en société.

Il faudra aussi du courage politique pour enfin que le droit de vote des résidents étrangers soit débattu et voté.

En effet, comment se sentir citoyens quand ceux qui sont sur le territoire depuis des années, travaillent, paient des impôts n’ont pas le droit de s’exprimer par le vote.

Enfin une nouvelle insécurité voit le jour , C’est la baisse des dotations aux collectivités territoriales, collectivités qui jouent un rôle décisif dans la réduction des inégalités. La réponse urgente que demandent les communistes, c’est plus de Démocratie.

Charlie Hebdo, si lourdement frappé humainement, était au bord de la faillite, comme nombre d’organe de presse. Défendre la Liberté d’expression –fondement s’il en est de la Démocratie- c’est aussi soutenir les organes de presse qui sont menacés d’asphyxie financière – comme notre journal l’Humanité.

La liberté d’Expression, c’est aussi soustraire les journaux de la domination des puissances de l’argent. A ce propos, quelques jours avant son assassinat, Charb avait rencontré Pierre Laurent et les députés communistes pour leur demander de porter une loi afin que l’Etat soutienne la presse. Les élus communistes déposeront donc, dans les jours qui viennent, « l’amendement Charb » pour soutenir la presse.

Plus de démocratie, c’est comme je l’ai déjà dit, la défense de la commune, mais aussi du Département. -2015 sera marqué par des élections départementales et maintenant c’est officiel par les élections régionales.

Nous ne ferons, en ce qui nous concerne l’impasse sur aucune des deux. Certes nous allons en mars élire des Conseillers départementaux dont nous ne savons pas quelles seront leurs compétences. Certes nous n’aurons pas d’élection à la proportionnelle, mais s’en soustraire serait renoncé au débat et au combat politique et à une part de démocratie.

Certes ,ces élections vont être compliquées pour nous dans la mesure où le mode de scrutin élimine ceux des candidats qui ne feront pas 12,5% des inscrits soit environ 20% des votants.

Mais nous espérons bien 2 choses.

Bien sur , Faire réélire notre Conseiller Robert COTTA dans ce nouveau canton en duo avec la titulaire feminine, maire de St symphorien sous Chomérac. Comment imaginer l’Ardèche sans élus d’une gauche de gauche ?

Mais au-delà, nous avons la prétention de bousculer les pronostics. Pour cela nous avons un Atout.

Le rassemblement dans les candidatures et dans les urnes de celles et ceux qui veulent une autre politique nationale de gauche.

Celles et ceux qui disent non à l’austérité de gauche et qui veulent une politique sociale, écologique et citoyenne.

Ce rassemblement n’est fermé à personne, il doit être plus large que le front de gauche pour être efficace et gagnant. Ce rassemblement doit être populaire et ouvert aux socialistes qui disent non à la politique du Gvt de manuel valls, aux écologistes qui rejettent le capitalisme vert et la disparition des départements et à toutes les femmes et hommes progressistes.

L’heure n’est pas au tri mais au rassemblement pour une autre politique qui tourne le dos à ceux qui à gauche ont à la bouche le dogme de la baisse des dépenses publiques et de la baisse du coût du travail.

Cette politique n’est pas une politique de gauche et elle conduit à la désespérance qui peut se traduire par le pire en 2017.

Il faut donc stopper cette machine libérale et lui substituer une logique de solidarité.

Dire cela ne conduit pas, pour notre part, à créer les conditions d’une victoire de la droite et de l’extrême droite lors des prochains scrutins.

Nous savons trop ce qu’est une politique de droite dans les collectivités. La solidarité, la culture et les services publics sont les premiers ciblés. C’est le cas depuis les municipales dernières.

Nous savons que si le département et la région basculaient se serait un handicap de plus pour la population notamment la plus en difficultés.

C’est pourquoi, il faut des nouvelles majorités de gauche, plus fortes à gauche et donc avec plus d’élus qui résistent et combattent la droitisation du discours socialiste et des décisions gouvernementales comme celle de la loi Macron. (manifestations lundi 26)

D’ici ce premier scrutin de mars, il peut se passer beaucoup de choses dans notre pays, en Europe et dans le monde.

Comment va se traduire dans les faits, le vaste mouvement des dernières semaines ?

Nos amis et camarades de Syriza vont –ils contre vents et marées libéraux l’emporter ce dimanche ? Une victoire bousculerait la donne européenne et galvaniserait d’autres peuples européens dont le notre pour se dire que d’autres choix que le libéralisme sont possibles.L’annonce du rachat d’une partie des dettes publiques par la BCE montre que la crainte d’une généralisation du mécontentement contre les politiques d’austérité inquiète le monde financier.

Nous sommes, je le pense , dans une période décisive pour l’histoire de l’Humanité.

Il peut en sortir le meilleur comme le pire.

Nous sommes individuellement et collectivement au cœur de ce moment historique.

Sortons de l’émotion, des émotions.

Construisons une perspective, proposons le bonheur !

Il y a 36 000 ans dans une caverne des hommes, des femmes en pleine migration, nos ancêtres venus d’afrique et d’asie , nous laissaient dans les entrailles de la terre la preuve que l’Art permettait le vivre ensemble.

L’Art c’est la création.

Créer , c’est exister . Alors créons, créons du commun entre nous puis plus largement .

Redonnons espoir. Soyons réalistes, Exigeons l’impossible. Belle année 2015 !

François Jacquart

 

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.

 

Créer, c'est résister. Alors créons ! - Voeux du PCF 07 pour 2015

le 27 janvier 2015

    A voir aussi